Dans le secteur du béton et de la maçonnerie, les innovations ne sont pas toujours « visibles ». Elles peuvent revêtir plusieurs formes. Désormais, en plus d’optimiser la performance technique des produits, les fabricants s’attachent à en améliorer l’impact environnemental, depuis la formulation et la production du matériau jusqu’à son recyclage. Détails avec trois industriels, Alkern, Lafarge Holcim et Rector.

Alkern : proximité, légèreté, mixité

« Nous cherchons à optimiser la conception des produits afin qu’ils soient plus écologiques, plus performants et plus faciles à mettre en œuvre. Nous visons à réduire notre empreinte écologique d’une part en utilisant moins de ressources et de carbone, et d’autre part en favorisant la proximité fournisseurs-usines-chantiers.

Les produits préfabriqués ont l’avantage d’optimiser la quantité de matière béton : les éléments partiellement vides peuvent être remplis d’isolants et ont un poids réduit. Pour augmenter les performances, nous travaillons aussi nos bétons et leurs constituants (liants et agrégats). Par exemple, l’usage de la ponce permet d’alléger certains produits (bloc inférieur à 15 kg) et d’augmenter leur résistance thermique.

Côté liant, nous allons vers des ciments avec destaux de carbone les plus bas possible, des filler ou des liants de nouvelle génération. L’idée aussi est de concevoir des solutions complètes, comme R+MuR, regroupant une mixité de produits et de matériaux pour simplifier les travaux et assurer une qualité de l’ouvrage. »

Christophe Lagrange, directeur de l’offre d’Alkern

Rector : formulation, déconstruction, biosourcé

« L’un des objectifs de ces dernières années a porté sur l’élaboration de bétons autoplaçants plus performants et de les démocratiser. Maintenant, nous les proposons dans quasiment toutes nos usines. Nous travaillons actuellement sur de nouvelles formulations en lien avec la protection environnementale et l’économie circulaire.

D’une part, en réutilisant le béton issu de la déconstruction locale et en le faisant repasser par nos usines. L’étape suivante sera la déconstruction sélective et propre afin de réutiliser les granulats recyclés avec le moins de travail possible en usine et en laboratoire.

D’autre part, sur des mélanges bas carbone et des bétons bio-sourcés : cela s’avère un gros challenge tant en formulation, qu’en process ou en attente client, car il faut également que cela entre dans un modèle économique. Nous commençons à utiliser des bétons bas carbone sur les chantiersd’abord pour les poutres, prochainement pour les prédalles et les prémurs. Prochainement, nous allons lancer de nouvelles choses sur le sujet. »

Eric Stora, responsable de pôle R&D distribution et laboratoire de Rector

Lafarge Holcim : réduction carbone, granulats recyclés

« Nos innovations s’appuient sur notre démarche Lafarge 360 qui s’articule autour de trois axes : Reduce (le poids du CO2 dans le béton), Recycle et Reinvent (innover au service de la performance environnementale). Ainsi, nous avons lancé le ciment Planet pour les artisans. D’une part, le sac participe à la diminution des déchets car il se décompose dans la bétonnière. D’autre part, il atteint 65 % de taux de réduction de carbone, et nous compensons l’impact CO2 restant par le financement d’éco-projets (crédits carbone).

Nous avons aussi lancéune offre similaire de béton Ecopact noté 360Score A+ dont l’impact CO2 est compensé. Avec cette démarche éco responsable, nous visons à préparer la RE2020 en fournissant des solutions auprès des artisans. Pour élargir leur portefeuille d’affaires, nous leur proposons également des formations à la chape fluide et aux bétons décoratifs. Une nouvelle chape bas carbone est en développement, ainsi que des bétons décoratifs composés jusqu’à 100 % de granulats recyclés. »

Michèle Duval, directrice produits et services, direction marketing de Lafarge Holcim

https://www.lemoniteur.fr/article/filiere-beton-les-grands-axes-d-innovation.2124064