Contrairement à 2019, le marché de l’isolation thermique s’est inscrit à la baisse en 2020. Rien d’étonnant compte-tenu du contexte sanitaire. Dans une récente étude, TBC Innovations révèle ainsi que l’activité a reculé de – 4,5%. Le neuf se veut le plus touché par le ralentissement, la rénovation ayant notamment bénéficié de l’effet MaPrimeRénov’.

Le marché de l’isolation thermique est en décroissance, et dépasse à peine les 250 millions de m2, en 2020, soit environ 41 millions m3 d’isolants posés. Parmi les raisons de ce recul, des mises en chantier qui se contractent depuis 2018 dans le résidentiel. Et des chantiers arrêtés lors du premier confinement. 

La rénovation s’impose

L’année 2020 a plus que jamais démontré que la rénovation était porteuse de croissance. Dans son étude, TBC Innovations précise que le neuf représente désormais 46% des superficies d’isolants posés contre 54% en rénovation, une tendance qui s’est donc inversée. 

IsolantNeufReno png

TBC Innovations explique cette dynamique par les aides à la rénovation telles que MaPrimeRénov’, le Coup de pouce Isolation et la TVA à 5,5% « Si ce débouché a été impacté par l’arrêt des chantiers lors du confinement, les entreprises interrogées confirment un effet de rattrapage », souligne la société de conseil. Et les résultats auraient pu être encore meilleurs si la reprise des chantiers et les démarches administratives pour l’ouverture de nouveaux chantiers avaient été plus rapides dans le collectif et le non résidentiel. 

Un aspect à ne pas négliger est bien sûr les conséquences du confinement sur notre vision du logement. Le contexte sanitaire a poussé les particuliers à repenser leur habitat, à entreprendre des travaux d’amélioration et à ouvrir leurs portes aux artisans du bâtiment. Des initiatives qui sont venues dynamiser tout un secteur. 

Quels isolants et pour quels travaux ? 

Sur l’ensemble des marchés de l’isolation thermique des bâtiments, les laines minérales représentent un peu plus de 50% des superficies d’isolants posés, les plastiques alvéolaires (PSE, PU, XPS) près de 40%, et les biosourcés près de 7%. 

Quant aux travaux, l’isolation des toitures et combles reste en première position. La seconde application concerne les murs (ITE ou ITI), les isolants posés sur des planchers et sols étant le troisième débouché du marché.

https://www.batiweb.com/actualites/vie-pratique/le-marche-des-isolants-booste-par-maprimerenov-2021-01-29-37345