Une Europe neutre en carbone en 2050

Une étude de Capgemini Invent a identifié 55 projets technologiques qui permettront à l’Europe de tenir ses promesses en matière d’émissions de gaz à effet de serre.

Dans son rapport « Fit for Net-Zero: 55 Quests to Accelerate Europe’s Recovery and Pave the Way to Climate Neutrality », Capgemini Invent a sélectionné, parmi 200 projets technologiques, les 55 les plus prometteurs pour que l’Europe devienne le premier continent neutre en carbone à l’horizon 2050. Pour valider sa sélection, l’entité de transformation, de conseil et d’innovation digitale du groupe Capgemini a mené des entretiens structurés avec une centaine d’innovateurs, d’entrepreneurs, de dirigeants, d’experts en stratégie et de décideurs politiques, qui ont évalué les 55 projets selon leur potentiel de transformation en matière de création d’emplois, de réduction d’émissions et de compétitivité, et ce au sein de cinq secteurs clés :

Le bâtiment et la construction font partie des plus importantes sources d’émissions de CO2 en Europe : 28 milliards de mètres carrés de surface utile génèrent 1 100 mégatonnes d’équivalent CO2.

L’énergie représente 72% des émissions européennes de gaz à effet de serre, les énergies fossiles comptant encore pour 73% de l’ensemble de l’énergie consommée sur le continent (contre 14% pour les énergies renouvelables et 13% pour le nucléaire).

L’alimentation et l’occupation des sols, ou secteur agroalimentaire, ne génèrent pas moins de 471 mégatonnes d’équivalent CO2 tout au long de la chaîne de valeur, soit 12% des émissions européennes de gaz à effet de serre.

L’industrie est responsable d’un tiers des émissions européennes de gaz à effet de serre, tant par le biais de sa propre consommation énergétique que par ses émissions directes de CO2.

Les transports pèsent aussi pour un tiers des émissions européennes de gaz à effet de serre, les déplacements aériens, maritimes et terrestres étant principalement alimentés par des combustibles fossiles liquides.

Accélérer le cycle d’innovation

Les 55 projets retenus ont été classés en trois niveaux de maturité technologique : « développement à l’échelle commerciale », soit un déploiement massif en 2020 ; « accélération et amplification », soit un passage à l’échelle commerciale entre 2020 et 2030 ; « paris sur l’innovation », soit un passage à l’échelle commerciale après 2030.

Le rapport mise ainsi sur un cycle d’innovation condensé et accéléré, loin des 25 ans habituellement nécessaires, et ce grâce à de lourds investissements.

Un programme ambitieux, qui s’inscrit dans le cadre du plan de relance européen de 750 milliards d’euros conclu à l’été 2020, et qui fait écho aux propos de la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, lors de son discours sur l’état de l’Union, en septembre 2020 : « Je vais insister pour que les plans de relance ne nous sortent pas seulement de la crise, mais nous aident aussi à propulser l’Europe dans le monde de demain. » Un « monde d’après » neutre en carbone.

-100% d’émissions par rapport à 1990

La mise en œuvre des 55 projets technologiques identifiés par le rapport « Fit for Net-Zero » devraient permettre de réduire de 55% d’ici à 2030 les émissions de gaz à effet de serre par rapport à celles de 1990, et d’atteindre la neutralité carbone dès 2050.

Source : « Fit for Net-Zero: 55 Quests to Accelerate Europe’s Recovery and Pave the Way to Climate Neutrality », Capgemini Invent 2020.

Une opportunité économique prodigieuse

Si les 55 projets technologiques mis en lumière par le rapport de Capgemini Invent ne nécessitent pas moins de 144 milliards de dollars d’investissement annuel, public et privé, chaque euro investi devrait générer 9 euros de valeur future d’ici à 2050. Tous les chiffres présentés ici doivent être considérés comme des « ordres de grandeur », précise le rapport, qui annonce une valeur ajoutée brute de plus de 1 500 milliards d’euros d’ici à 2050.

6 voies d’accélération essentielles

Les 55 projets technologiques identifiés peuvent être répartis en six catégories qui sont autant de chemins qui permettront à l’Europe de se positionner en tant que leader sur le marché des clean techs : l’hydrogène, les gigafabriques, l’électrification, les réseaux électriques intelligents (ou « smart grids »), la bioéconomie et le captage de carbone.

https://www.hbrfrance.fr/magazine/2021/04/33891-une-europe-neutre-en-carbone-en-2050/